Page:Abeille - Coriolan, 1676.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


perdit la vie que pour avoir eu l’ame trop tendre. Ie ne voy donc pas quelle raiſon il y a de ſe le figurer comme un homme glacé par le froid de l’âge, & par l’auſterité de ſa vertu. I’ay fait aſſez éclater cette auſterité dans les Scenes où il s’agit principalement des intereſts de ſa gloire, au premier & au quatriéme Acte. Mais dans les Scenes où il ménage ceux de ſon amour ; je me ſuis contenté d’interrompre de temps en temps le cours de ſa tendreſſe par quelques ſubits retours de colere, qui ſervent à marquer ſon caractere naturel, & les combats qu’il rend pour le ſouſtenir contre l’amour.

La mere de Coriolan que j’ay mi-