Page:Abeille - Coriolan, 1676.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ACTE V




Scène PREMIERE



AUFIDE, VIRGILIE.



AUFIDE.


ENfin l’amour l’emporte, & Rome eſt hors de crainte :
Nous luy donnons la paix ſans retour & ſans feinte.
Les Chefs & les ſoldats ont gouſté mes raiſons.
Vous commandez, Madame, & nous obeïſſons.
C’eſt à vous maintenant de couronner mon zele,
De ſeconder les vœux de ce peuple fidelle,
Et dans ce meſme Camp m’engageant voſtre foy…



VIRGILIE.

Mais la voſtre, Seigneur, eſt-elle bien à moy ?
Gardez-vous vos ſermens ? pourquoy voy-je l’armée
D’une fureur nouvelle à l’aſſaut animée ?
Pourquoy ces feux brillans autour de nos rempars ?
Ce deſordre, ces cris pouſſez de toutes parts ?
De voſtre amour, Seigneur, c’eſt là le premier gage ;
Et ſur cette aſſurance on veut que je m’engage ?