Page:About - Gaetana, 1862.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ACTE DEUXIÈME


Le cabinet du baron. — Portes à droite et à gauche. — Ameublement sévère. — Un bureau couvert de papiers, à droite, — Un coffre-fort, à gauche. — Deux flambeaux dont les bougies s’éteignent dans leurs bobèches. — Cheminée au fond. — Croisée à droite.





Scène PREMIÈRE.

CARDILLO, LÉONORA.



CARDILLO.

Eh bien ?


LÉONORA, sortant par la porte de gauche, un coffret à la main.

Elle dort comme une innocente qu’elle est.


CARDILLO.

Innocente ? Nous verrons bien. Nous avons le coffre aux secrets !


LÉONORA.

Je n’ai pas eu peur de le prendre, parce que je suis sûre que vous n’y trouverez rien de mal. (Cardillo prend le coffret.) Qu’est-ce que vous avez fait de votre monsieur ?


CARDILLO.

Monsieur est sorti dès le matin, après s’être promené toute la nuit dans son cabinet, (Il va porter le coffret sur la cheminée.)


LÉONORA, soufflant les bougies.

Ça se voit. Il faut avouer que votre maître passe drôlement ses nuits de noces. La première sur le chemin de l’Amérique, la seconde en voyage dans la maison !