Page:About - La Question romaine.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Rosigiosi 
 250 000 francs. XXXXX
Colonna 
 200 000 francs. XXXXX
Odescalchi 
 200 000 francs. XXXXX
Massimo 
 200 000 francs. XXXXX
Patrizi 
 150 000 francs. XXXXX
Orsini 
 100 000 francs. XXXXX
Strozzi 
 100 000 francs. XXXXX
Torlonia 
 Revenu illimité. XXXXX
Antonelli 
 Idem.XXXXXXXXXXXXX

Ce n’est pas à dire que M. Grazioli, par exemple, soit presque aussi riche à lui tout seul que le prince Borghèse avec ses deux frères, Aldobrandini et Salviati. Mais toutes familles un peu anciennes sont grevées de mille et une charges héréditaires qui diminuent singulièrement leur revenu. Elles entretiennent des chapelles, des églises, des hospices, des collèges et des chapitres entiers de chanoines gras, tandis que les nobles de l’an dernier n’ont pas à payer la gloire ou les péchés de leurs ancêtres.

Quoi qu’il en soit, cette liste vous prouve que la noblesse romaine est médiocre en richesse comme en toute chose. Non-seulement elle est hors d’état de soutenir la concurrence avec la bourgeoisie laborieuse de Londres, de Bâle ou d’Amsterdam, mais elle est infiniment moins riche que la noblesse de Russie ou d’Angleterre.

Est-ce parce qu’une loi de justice comme la nôtre divise incessamment les grandes fortunes ? Non. Le