Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vous m’avez tenu un langage que vous avez tenu cent fois à d’autres femmes. Vous m’avez déplu. Je hais les raisonnements déjà employés et, par conséquent, vulgaires.

Il serait indigne de notre amour d’y laisser pénétrer un doute sur vous ou sur moi. Depuis longtemps je me suis reprise à M. de Noves. Ses infidélités m’ont faite libre. Je ne me crois pas adultère, mon amour ne me paraît point coupable. Il est consacré par sa hauteur morale. Prenez garde de le juger avec votre expérience des femmes ordinaires, dont les réserves, les résistances sont des précautions prises pour un détachement futur.

Vous ai-je marchandé le don fier et osé de moi-même ? Si les dieux que j’adore m’ont jetée dans vos bras, c’est pour que je vous élève jusqu’à eux, et non pour que vous m’abaissiez en confondant nos amours