Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


divines avec vos amours passées trop humaines.



À MÉLISSANDRE

Pardon, ma bien-aimée, le baiser de votre mari vous avait souillée à mes yeux. Les réflexions brutales de votre père m’ont exaspéré. Je n’ai senti que mes révoltes et n’ai point songé à votre souffrance. Avec des sacrilèges, moi-même j’ai été sacrilège ; pardon ! Je suis à vos genoux, implorant une grâce que je saurai mériter et obtenir.



À LA MÊME

Sois bénie, Mélissandre, pour les saines et salutaires émotions que tu me donnes.