Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Tu ne peux imaginer comme chaque jour, au réveil, je trouve mon amour grandi, exalté. Qui donc disait que la possession arrête le développement de la passion ? Piètre et froid amoureux ! J’y ai puisé de nouvelles ardeurs, j’en tremble d’émotion, et, si j’étais à tes pieds, mon front te brûlerait les mains.



À LA MÊME

Un orage violent a tout à coup éclaté dans notre ciel pur. La secousse a été d’autant plus forte qu’elle agitait une atmosphère plus calme.

De quel droit celui qui vous trompe, Mélissandre, avec tant d’impertinente élégance, qui se bat pour des filles, qui les entretient et les affiche, qui se fait en riant