Page:Adam - Mémoires des hommes du temps présent, paru dans Le Figaro, 10 septembre 1893.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


» Après les deux premiers choix, je n’avais plus le droit d’imposer l’amitié. Il faut de l’autorité morale pour cela. Les hommes n’aiment en amis qu’à regret. Ils entendent, eux qui peuvent éprouver le plaisir avec la première femme venue, faire bénéficier leurs sens des affections tendres qu’ils ressentent.

» Pendant ma jeunesse, je n’ai vécu que dans un monde artificiel où chaque individu faisait écho à l’autre, où tous voulaient sentir, éprouver, aimer, penser autrement que le bourgeois et que la vile multitude. Nous perdions pied à chaque instant, avec le mépris de la rive, ne voulant nager qu’au large, au-dessus de l’insondable. Loin des foules, loin des bords, toujours plus loin ! Combien de nous se sont perdus corps et biens !