Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/299

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

LE CHEVAL GÉANT


Le père Boursin, charretier, était autrefois au service d’un nommé Hervé qui habitait le village de la Rivière-Bizé, dans la commune de Bruz.

Ce serviteur, un matin de novembre, alla chercher pour les conduire au travail, les trois chevaux de son maître qui avaient passé la nuit dans une pâture. Arrivé à l’échalier du champ, Boursin vit les trois chevaux qui l’attendaient. Il les attacha les uns aux autres par la queue, et monta sur le premier qui avait l’habitude de le porter.

« Je ne croyais pas ce cheval si grand », pensa-t-il en lui-même, car il lui avait fallu grimper sur le haut de la barrière pour pouvoir enfourcher la bête.

La pluie était tombée les jours précédents,