Page:Adolphe de Coston - Étymologies des noms de lieu de la Drôme.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


près de La Motte-Chalancon, veut dire aussi le mont (voir § II, v° Vaunaveys) : ce fief, qui a longtemps appartenu aux Simiane, est appelé Ecclesia Arnayonis et Arnaionis dans le XIIe siècle. Arpavon ou Alpaon, près Nyons, locus de Arpaone et de Alpaone dans le XIV{{e} siècle, est accroché aux flancs d’une montagne escarpée. Ce fief, qui appartenait dans le XVIe siècle aux Tholon et aux Torchefélon, passa plus tard aux Simiane. De même qu’Arban, Arnayon et Archiane, dont il sera question dans le § III, Arpavon paraît formé de l’article breton, et sans doute celtique, ar, le, combiné avec un radical difficile à déterminer. Ce nom a beaucoup d’analogie avec celui d’Arpajon ou Le Pajon (Cantal), Arpagus en l., qu’on peut traduire par le mont (voir § Ier, le Pègue, v° Upie) ou le bourg, pagus en l.

Auriple, près Crest (sud), dominé par une haute montagne, sur laquelle se trouvent les ruines d’un ancien château féodal, Auribel en 1178, Auribellum en 1214[1], Castrum de Auriplo en 1324, ancien fief des Poitiers et plus tard des La Tour-Montauban, paraît synonyme d’Auribeau (Basses-Alpes, Var et Vaucluse), qu’on peut traduire par bel air, exposé au grand air, élevé (aure, aura, vent en v. fr. et en l.) On retrouve ce radical dans le nom du col de toutes aures (Isère), lieu exposé à tous les vents.

Autichamp, près Crest, Allas Campus en 1345, fief qui a appartenu à deux branches de la maison de Beaumont, paraît synonyme du nom d’Autane ou Aultane[2], petit village situé sur une montagne, près du Buis, appelé Castrum de Autand en 1284 et en 1378. Allas, haut, en l., allt en c., s’est modifié comme dans autel (altare), Auteil (Altogilum), etc. Tan, à la fin des mots irlandais, veut dire clos, domaine, champ, comme dans Rosstan, champ des roseaux (Zeuss, p. 821); tan, maison, pays, en hébr.[3], en pers. et en aquitain, comme dans Turdetani, Cosetani, etc. Autane ou Aultane pourrait aussi être formé

  1. Chartularium Diensis, p. 5 et 9.
  2. Générat, Étude… sur les villes de Vindalium el Aéria, p 7.
  3. Gesenius, Lexicon hebraïcum el chaldaïcum, p. 1052.