Page:Adolphe de Coston - Étymologies des noms de lieu de la Drôme.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


paraît pas possible de traduire Aqua Bruna et Agrabron (Jabron) par eau ou rivière brune, trouble, car l’eau de ce torrent est claire, sauf à la suite des pluies abondantes ou des orages. Bron et brun ont plutôt la signification de cours d’eau ; brunnen, en al., brunn, en t., en ang. s. et en suéd., bourn, en ang. (v. Bourne), avaient primitivement le sens de torrent, eau courante ; ils ont pris plus tard celui de source, fontaine[1]. Dans de très-anciens documents, insérés dans les Acta Sanctorum, brunum veut dire rivière, et on croit que chez les Gaulois bronn correspondait au brunn germanique. L’expression Aqua Bruna formerait donc un pléonasme ; elle est synonyme de celle d’Aqua Rubio, donnée au Roubion en 957. J’ai déjà traduit Acunum par la Rivière, et cette mansio était sur la rive gauche du Jabron, dont la première moitié du nom était Aqua, cours d’eau, rivière. Bron a la même racine que Rhône ; les exemples analogues de prosthèse sont : tante, autrefois ante, amita, en l. ; cane, autrefois ane, d’anas, canard ; nombril, autrefois umbril, d’umbilicus, etc.

Lène est un cours d’eau qui prend sa source non loin de Condillac, et se jette dans le Rhône près du village appelé aussi Lène (Lena, dans un acte suspect ou faux de 1099, Cartulaire de Montélimar, p. 14, Lène en 1355, Lena en 1445, Layne en 1521), qui a longtemps appartenu aux Poitiers. Des lettres patentes de 1400 disent que le château de Layne venait d’être détruit par Roger Raymond de Turenne, et M. Delacroix (Statistique, p. 520) raconte sur ce château des choses complètement romanesques. Le nom de Lène, comme le mot lône ou losne, bras de rivière, a la même racine que len, étang, cours d’eau, en br., llyn, en k., ληνος, en gr. ; plusieurs rivières d’Allemagne s’appellent Leine et Lahn[2] ; voir Lionne.

Le Lez, qui coule près de Grignan, a son homonyme dans le

  1. Schoebel, Analogies constitutives de la langue allemande, p. 13. — Dans le Var, il y a encore un Jabron, qui coule près de Comps.
  2. Pour plus de détails, voir : de Coston, Origine des noms, p. 83 et 203 ; — Études étymologiques, p. 17.