Page:Agoult - Histoire de la révolution de 1848, tome 2.djvu/146

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
142
HISTOIRE

sence ; mais le souvenir des brutalités de la soldatesque était si récent et la défiance qu’inspirait le prince de Prusse était telle, qu’aussitôt on demanda à grands cris la retraite des troupes, Militair-fort ! ce cri importun retentit pendant plusieurs heures sur la place. Vainement, à différentes reprises, le roi essaya de haranguer le peuple, de supplier que du moins on lui laissât le temps de réfléchir ; sa voix était couverte par la clameur populaire. À la vue de cette souveraineté nouvelle qui surgissait devant lui, son geste indécis retombait découragé, inhabile à la supplication comme il avait été inégal dans le commandement.

Une dernière fois, ayant encore tenté sans succès de fléchir le peuple, il faillit se trouver mal et se retira, pour ne plus reparaître, dans le fond de ses appartements. C’est alors qu’on l’entendit murmurer d’une voix éteinte ces paroles indignes d’un souverain : « Du repos ! du repos ! j’ai besoin de repos ! » Que ces paroles aient été le signal d’une attaque traîtreusement concertée, ou que l’ordre de faire feu fût venu d’ailleurs, il n’en reste pas moins certain que le peuple sans armes et qui criait encore : « Vive le roi ! » fut dispersé à coups de fusils, de sabres et de baïonnettes par les troupes royales, et que de nombreuses victimes expièrent, sous les yeux du souverain, le tort de l’avoir associé à leur joie et de lui avoir rendu grâce de ses bienfaits. À Berlin, comme à Paris, la révolution qui semblait arrêtée, reprit son cours. Les masses populaires, chassées de la place du palais, se précipitèrent par toutes les rues de la ville en criant : « Aux armes ! » Le combat s’engagea ; il fut opiniâtre entre la bravoure enthousiaste des ouvriers et le courage discipliné des soldats. Après une lutte de seize heures, le bon droit avait triomphé, le peuple gardait l’avantage ; le prince de Prusse fuyait ; Frédéric-Guillaume annonçait pompeusement au peuple l’organisation de la garde nationale, la liberté de la presse et une constitution démocratique. L’humiliation était grande à coup sûr, mais