Page:Aimard, Auriac - Les Forestiers du Michigan.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
64
les drames du nouveau-monde



des ailes de chauve-souris et un bec de corbeau ?

– À quel moment de la nuit sommes-nous ?

– Il doit être minuit passé.

– Si nous essayions de faire un petit sommeil ? fit Johnson en baillant.

– C’est une proposition dont je ne suis pas ennemi.

– Eh bien ! disposons-nous pour cela. Tout porte à croire que nous ne serons pas dérangés par quelque nouvelle visite : en tout cas nous saurons bien nous réveiller au moindre bruit. Le feu ne s’éteindra pas, il y a assez de bois pour l’alimenter jusqu’au jour.

– Oui, oui ! tout va bien ; dormons.

Avant de s’étendre sur son lit de broussailles, Basil alla inspecter l’Indienne pour s’assurer qu’elle était assez chaudement protégée contre la température de plus en plus glacée ; puis il empila sur le foyer une quantité de bois formidable, destinée à brûler pendant plusieurs heures sans être renouvelée.

– Je m’éveillerai bien sûr lorsqu’il baissera, dit-il ; nous ne serons point engourdis par le