Page:Aimard - Les Peaux-Rouges de Paris.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et jouer un rôle important dans les guerres de cette époque troublée.

La famille de Oyandi, dont le nom signifie grand bois, grande forêt, était très riche et très respectée ; elle jouissait d’une haute considération dans le pays, dont elle était une des plus vieilles et des plus importantes.

Bien que la distance fût assez courte, ce ne fut cependant que vers cinq heures du matin que les amis de Felitz Oyandi, chargés du brancard sur lequel le jeune homme était étendu, atteignirent sa demeure et en franchirent la porte, au milieu des cris et des lamentations de sa famille et de ses serviteurs.

Le blessé fut monté dans sa chambre et couché sur son lit, sans paraître en avoir conscience, tant il était abattu par la douleur de ses blessures, le sang qu’il avait perdu, et surtout la fureur qui grondait sourdement au fond de son cœur.

La réputation de force, de courage et d’adresse de ce jeune homme, jusque-là si redouté de tous, était si bien établie que son père et les valets de la ferme s’obstinaient à le croire victime d’un odieux guet-apens.

Il leur paraissait impossible qu’il en fût autrement ; ses amis furent contraints d’affirmer, et même de jurer, qu’ils avaient été témoins de ce qui s’était passé, que leur ami avait été blessé dans un combat loyal, provoqué par lui, et contre un seul homme, armé seulement de son bâton de néflier, pour que leurs auditeurs se décidassent enfin à ajouter foi à leurs paroles.

Mais lorsque les parents du blessé voulurent savoir quel était ce redoutable adversaire qui avait vaincu et si rudement éclopé le fils du chef de la famille, les jeunes gens refusèrent péremptoirement de la faire connaître.

Ils se contentèrent de répondre que Felitz, leur ami, avait seul le droit de révéler les causes du combat et le nom de l’homme qu’il avait provoqué ; ils se retirèrent aussitôt avec une espèce de hâte, qui surprit beaucoup les habitants de la ferme, et sans même accepter les rafraîchissements qui leur étaient offerts, grande infraction aux