Page:Aimard - Les Peaux-Rouges de Paris.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


La famille de Mendiri, à laquelle appartenait la jeune fille, était une des plus nobles et des plus anciennes du pays. Les Mendiri avaient joué un grand rôle au moyen-âge ; leur nom est inscrit à chaque page dans les fastes de la Navarre ; plusieurs d’entre eux avaient servi le souverain dans ses conseils, tandis que d’autres, soit comme chevaliers bannerets, soit comme possesseurs de grands fiefs, avaient versé comme de l’eau leur sang pour la défense de l’indépendance de leur pays. Au dessus de la porte principale de leur modeste maison, on voyait, sculptés dans le granit, les plus nobles écussons français, espagnols et basques, écartelés avec les armes de la famille ; armes parlantes s’il en fut, et dont leur nom, qui n’était en réalité que leur cri de guerre, attestait la puissance passée ; mend-iri, en langue basque, signifie textuellement : Commune, ville ou village situés à la montagne.

Mais le temps, cet infatigable pionnier, cet implacable démolisseur, avait fait lentement son œuvre ; peu à peu la splendeur de cette noble famille s’était effacée ; sa richesse avait disparu, et ses derniers descendants, sans qu’il y eût nullement de leur faute, s’étaient trouvés réduits à une médiocrité, bien voisine malheureusement de la misère ; ils en étaient réduits à vivre de leurs troupeaux et de quelques arpents de terre, derniers vestiges de leur puissance passée.

Du reste ceci est à peu près l’histoire de toutes les familles des pays basques, qui, accoutumées à vivre de l’épée, sont tombées, lorsque, par l’organisation définitive des États puissants, les grandes guerres de rapines du moyen-âge leur ont manqué.

Le docteur d’Hirigoyen, descendant, lui aussi, d’une vieille et noble famille jadis puissante, savait, sans être avare, compter très bien, non pas pour lui, mais pour son fils qu’il adorait ; il rêvait de lui reconstituer une fortune, grâce à laquelle il lui fût possible de se pousser dans le monde et de reconquérir la place dont il était descendu depuis longtemps déjà. Les moyens de reprendre le rang élevé, qu’il ambitionnait pour son fils,