Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
210
les drames du nouveau-monde

Alors Niniotan s’élança hors du canot, et, avec son père, s’enfonça dans un impénétrable fourré. Là ils s’arrêtèrent.

— Flwellina est restée ici, dit le jeune homme en cherchant des yeux autour de lui.

Oonomoo fit entendre le signal habituel, un sifflement doux et tremblant : il ne reçut pas de réponse. Une seconde fois, il le renouvela après avoir longtemps attendu : puis, il passa un temps considérable dans le silence. Enfin, après avoir fait un troisième appel infructueux, il allait s’enfoncer dans les broussailles pour continuer ses recherches, lorsque son oreille exercée entendit comme un frisson dans les feuilles ; l’instant d’après, sa femme était auprès de lui.

Ni l’un ni l’autre ne prononça une parole ; ils s’embrassèrent tendrement ; ensuite Flwellina recula d’un pas, et dit :

— Les Shawnees sont sur ma trace.

Oonomoo songea aussitôt aux diverses chances de salut. Avec son instinct de guerrier sauvage, il comprit que l’ennemi était en force considérable, et qu’une lutte serait tout-à-fait inégale, impossible même. Le meilleur plan à suivre était donc de battre en retraite du côté par où