Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
29
rayon-de-soleil

— Ce sera heureux pour eux : je ne pense pas qu’ils reviennent par ici comme ils avaient essayé de le faire. Vous rappelez-vous cette époque ? Nous étions dans la hutte de chasse ; vous descendîtes par la cheminée, et moi, je fis prisonnier un Shawnee ?

Le Huron répondit par un signe de tête affirmatif.

— Ah ! ce fut un jour mémorable, poursuivit Vanderbum ; je quittai le village par une après-midi brûlante, je marchai tout le jour à travers bois, pour porter secours à ces pauvres gens. Oui, nous en avons vu, alors ! J’attrapai un rhume, et il me devint impossible de maîtriser mon scélérat de nez ; dans la nuit j’éternuai malencontreusement, ce fut cause que les Shawnees me firent prisonnier. Eh bien ! ça n’en alla plus mal ensuite, ajouta le gros bonhomme d’un ton dégagé ; ce fut le commencement des causes de mon mariage avec ma Keewaygooshturkumkankingewock.

— Quand vous en allez-vous ? demanda Oonomoo.

— Au village ? est-ce ce que vous voulez dire ?

— Oui.