Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
82
JACK ET JANE.

Où peut-elle être ? Elle est si rare que je ne voudrais pas la perdre pour un dollar.

— Mais elle est sur le bout de votre nez, dit Jane en riant. Vous avez donc oublié que vous l’y avez mise parce que vous trouviez mon nez trop petit. »

Elle allongea le bras vers son voisin et détacha le timbre de l’endroit où il était. Jack fit la grimace, car la gomme rendait cette petite opération légèrement désagréable.

« À présent, nous allons mettre l’Alsace-Lorraine, répliqua-t-il ; il y en a sept. Ne bougez pas, nous verrons l’effet que cela vous fera. »

La petite fille ne fit pas un mouvement pendant qu’il les détachait un à un de dessus son front. Elle se dit seulement en regardant le feu qui lui grillait la figure :

« C’est tout à fait comme si j’étais un missionnaire en face d’un sauvage tatoué. Je souffre comme ceux que l’on brûle et que l’on martyrise ; mais je ne veux pas me plaindre, quoique je sois bien fatiguée, que mon front me cuise et que le feu me fasse mal à la joue. »

Jack ne se doutait guère du rôle qu’il jouait dans l’esprit de son amie.

« Regardez donc le timbre de la Corée, lui dit-il en lui montrant avec bonheur un large timbre bleu qui ornait seul une grande page vide. Il est magnifique. C’est celui que je préfère à tous.

— Je ne comprends pas pourquoi le cap de Bonne-Espérance a des pyramides. On aurait plûtot dû en mettre aux timbres d’Égypte. Ceux des îles Sandwich sont bien jolis avec leurs reines et leurs rois noirs.

— La Turquie a un croissant, l’Australie des cygnes, et l’Espagne des têtes de femmes avec des bandes noires.