Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
83
LA MISSION DE JANE.

Frank prétend que c’est parce que les Espagnols enferment leurs femmes, mais c’est une mauvaise plaisanterie !… J’aime bien mieux nos États-Unis, avec Washington et Franklin.

— Pourquoi l’Autriche a-t-elle Mercure sur ses timbres ?

— C’est peut-être parce qu’il était le facteur des dieux. Les Prussiens ont des casques, mais ils ont aussi des piques comme les Romains.

— À propos de Romains, interrompit Frank, qui travaillait consciencieusement tous les jours comme un écolier modèle, il y a deux jours que vous ne m’avez récité de latin. Allons, grand paresseux, laissez là tous ces jeux et dépêchons-nous d’en finir. Voilà ma composition faite, j’ai juste le temps de vous écouter avant l’arrivée de Gustave.

— Je ne sais pas ma leçon, répondit Jack les sourcils contractés par la colère. Je travaillerai la semaine prochaine. Piochez votre vieux grec tant qu’il vous plaira mais laissez-moi m’amuser en paix pendant les vacances. »

Frank adorait Xénophon et il ne voulait pas voir attaquer son vieil ami. Il s’empara du pot de gomme et confisqua du même coup tous les timbres qui se trouvaient sur la table.

« Monsieur Jack, lui dit-il, vous allez me réciter votre leçon à l’instant même, ou bien vous ne reverrez pas vos timbres de sitôt. Vous m’avez demandé de vous faire réciter tous les jours ; je vous attends. »

Frank parlait de ce ton de commandement que Jack ne pouvait supporter et auquel il obéissait d’autant plus