Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
131
LE CLUB DRAMATIQUE.

promit en outre une provision d’objets de déguisement.

En arrivant le soir, les petites filles trouvèrent Mme la présidente Jane entourée de trésors. Elles-mêmes apportaient tout ce qu’elles avaient pu découvrir chez elles. Que de merveilles !

Naturellement, Jane ne pouvait pas jouer, mais elle avait tant de goût que chacun la consultait à tout propos. Tout le monde était dans l’enthousiasme en pensant à un certain « tableau » qui devait être le bouquet de la fête. C’était une scène de la Belle au Bois dormant. Ce tableau extraordinaire devait représenter la cour endormie et le prince Charmant venant réveiller la princesse.

Jack était le prince, et les autres garçons avaient des rôles plus ou moins importants. Mais chacune des petites filles voulait faire le rôle de la belle, et les disputes commencèrent bientôt.

« Mabel a de si beaux cheveux qu’elle devrait être la princesse, dit Juliette qui était très satisfaite de son propre rôle de reine et n’en désirait pas d’autre.

— Non, dit Molly qui devait être dame d’honneur avec Boo comme page, il faut que ce soit Merry qui ait ce rôle-là. C’est elle la plus jolie, et du reste personne n’a d’aussi beau voile que le sien.

— Moi, je n’y tiens pas, dit Annette, mais ma plume conviendrait parfaitement pour la Belle au Bois dormant, et je crois qu’Emma ne voudrait pas la prêter à d’autres qu’à moi. »

La petite fille agita en triomphe le grand panache d’un blanc légèrement gris que sa sœur lui avait confié avec mille recommandations de ne pas le briser.