Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XI

LES MÉFAITS DE FRANK


De même que les plus grands hommes ont leur coté faible, les jeunes gens les plus sages se mettent quelquefois dans l’embarras,

Frank passait pour un écolier modèle ; il avait une conduite exemplaire et il jouissait avec une certaine fierté de sa bonne réputation. Cependant, malgré toute sa sagesse, il se laissait parfois entraîner à suivre son penchant et faisait des bêtises tout comme un autre. C’est sa passion pour les machines à vapeur qui en était cause. Elle datait de loin et lui avait déjà joué plus d’un mauvais tour. Un jour, il avait manqué mettre le feu à la maison en voulant découvrir le mécanisme d’une petite machine à vapeur qu’on lui avait donnée. Un autre jour, en faisant des expériences avec une bouillotte, il avait produit une explosion dont la main gauche garda toujours la trace. Enfin, je n’en finirais pas si je disais toutes les mésaventures qui lui arrivèrent grâce à cela.

Au moment dont nous parlons, Frank avait abandonné depuis longtemps tous ces jeux d’enfants ; mais