Page:Alquie - Le Nouveau Savoir-vivre universel tome 1.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cartes attachées ensemble par un fil de soie ou d’argent.

Il est d’usage, en Angleterre, d’avoir à un mariage au moins six demoiselles d’honneur, habillées pareillement, et autant de garçons d’honneur. La mariée fait de riches cadeaux à ses demoiselles d’honneur et en reçoit ; de même du marié.

C’est d’Angleterre que vient la coutume d’abréger les fêtes le jour du mariage et de partir faire un voyage après une collation.

La coutume d’annoncer les fiançailles existe aussi en Allemagne, où on en fait part par la voie des journaux, comme nous le faisons en France pour les bans de mariage. On tente aussi à introduire cette coutume en France.

Dans tous les pays du Nord, lorsqu’un jeune homme a remarqué une jeune fille, c’est elle qu’il consulte, premièrement, pour savoir s’il doit s’adresser aux parents, qui consentent ou refusent. En Amérique, les engagements durent quelquefois depuis plusieurs mois, avant qu’on juge utile d'en faire part au père et à la mère ; l’éducation sérieuse que reçoivent les jeunes personnes dans ce pays justifie cet usage, qui serait trop osé parmi nous. En s’engageant, les