Page:Alquie - Le Nouveau Savoir-vivre universel tome 1.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


précier avant de faire un serment aussi solennel.

D’autres fois, la jeune fille attend que le jeune homme ait fait sa position. En Suède, l’usage veut que la fiancée aille passer une année dans la famille du jeune homme, afin que la mère de celui-ci la forme aux habitudes de la famille. Pendant ce temps, le jeune homme s’éloigne, je crois que peu de nos petites demoiselles voudraient se soumettre à cette coutume. Il est vrai que, dans ces contrées patriarcales, les jeunes gens ne s’enquièrent guère des dots de leurs fiancées, mais plutôt de leurs qualités morales.

Un Anglais ne salue jamais dans la rue une dame de sa connaissance, sans qu’elle l’y autorise, en commençant elle-même.

Il n’est point poli non plus, en Angleterre, de donner une poignée de main sans avoir ôté son gant. Si l’on sent qu’on n’a point la main dans un état de fraîcheur convenable, on conserve son gant, en s’excusant.

Sur la suscription d’une lettre adressée à un Anglais qui n’a point de titre, mais qui n’appartient pas au commerce, on ajoute à son nom, Esquire ; en Allemagne on ajoute Wohlgeboren (bien-né) ; ou, si la personne est noble,