Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


échappé, qui avait tué une femme. Lors du siége de Rouen par Henri V, la foire du Pré fut transportée dans la ville, où elle continua d’avoir lieu pendant quatre-vingts ans. De cette époque date sa décadence ; et elle alla en déclinant toujours, quoique rétablie à Bonnes-Nouvelles en l’an 1500. Voici ce qui restait de cet usage en 1759, époque où écrivaient les auteurs de la nouvelle Gallia christiana. Trois jours avant l’Ascension, deux religieux du Pré se rendaient à pied à la vicomté de l’eau, pour y prendre possession de la foire, ce qu’ils faisaient en appendant un bonnet ou chapeau à un poteau, faible souvenir de l’éclat de l’ancien cérémonial ! Très-anciennement aussi, le jour de l’Ascension, le prisonnier élu par le chapitre était conduit à la grande église de Bonnes-Nouvelles, pour y recevoir une semonce du prieur. En 1577, le jour de l’Ascension, pour la première fois, on ne conduisit point à Bonnes-Nouvelles le prisonnier élu ; on était alors au fort de nos troubles civils ; le crime de Richard Sottynier, prisonnier élu cette année, tenait aux passions du tems ; et, soit qu’il fût impossible de se faire jour parmi la foule immense qui se pressait autour de l’élu du chapitre, soit que l’on fût averti qu’une embuscade dressée par ses ennemis l’attendait sur la route du prieuré : soit enfin que l’on eût reconnu qu’après toutes les fatigues du jour cette dernière