Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/342

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jours au pain et à l’eau. Enfin, le dimanche 11 juin, le chapitre, touché de son repentir et satisfait de la pénitence par lui subie, l’admit à réparer publiquement son offense. A cet effet, la procession de Notre-Dame se rendit solennellement à la Vieille-Tour, avec la fierte de saint Romain. Raoul Heusé, nu-tête, nu-pieds, sans ceinture, marchait derrière la châsse, tenant à sa main une torche allumée, du poids de deux livres. Arrivé sur la place de la Vieille-Tour, après avoir offert sa torche à saint Romain, Heusé se mit à genoux devant les membres de la confrérie de Saint-Romain, confessa sa coulpe, et cria merci (miséricorde). Les confrères de Saint-Romain déclarèrent qu’ils lui pardonnaient. Alors, la procession se remit en marche. Son itinéraire pour se rendre à la Vieille-Tour avait été le même que le jour de l’Ascension ; elle revint aussi à Notre-Dame par les rues qu’elle avait coutume de prendre, lors de cette fête[1].

Malgré ces actes de rigueur, à la fin du XVIe. siècle, ce devoir était mal rempli. Le chapitre se plaignait tous les ans de l’inexactitude des prisonniers délivrés à venir assister, les années suivantes, à la procession ; et, comme un sermon à la louange de saint Romain était prêché annuellement dans la cathédrale, le dimanche qui précédait l’Ascension,

  1. Reg. du chap. de Rouen, 11 juin 1418.