Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/443

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Benoit Leroux, veneur du baron de Clères.

Raullin Genault, varlet de chiens du baron.

Louis Hastereau, laquais du sieur De Braque.

Loys De Largille, de la paroisse de Saint-Remy-des-Lettes.

Georges Pinel.

Lejeune.

Loys Du Glan.

Robert Pellecoq (ces trois derniers de Heugleville).

    Un lundi de juin 1569, les sieurs De Braque et De Dranville s’étant mêlés aux danses des habitans de Préaux, village voisin de Rouen, l’un d’eux avait donné un soufflet à un soldat qui se moquait de sa manière de danser. Il en était résulté une dispute ; puis, on s’était battu ; les nommés Morel (ou Moreau) avaient désarmé le sieur De Dranville, et l’avaient contraint de se retirer avec le sieur De Braque, dans le château de Préaux, après avoir été frappés et menacés. Résolus à se venger de cet affront, mérité peut-être, les sieurs De Braque et De Dranville allèrent à Montville prier les sieurs Des Ifs et Goubert dit Filleul de les accompagner, le lendemain, à Préaux, et de les aider à punir les paysans qui les avaient insultés. Ces deux gentilshommes y ayant consenti, ils partirent tous quatre, le lendemain, accompagnés de Louis De Largille, de Louis Du Glan, de Robert Pellecoq, Georget Pynel, du veneur du baron de Clères, de son meneur de chiens, et de trois ou quatre laquais, « tous garniz d’armes, comme arquebouzes, pistoletz, espées et dagues. » Quand ils arrivèrent à Préaux, vers midi, « estoient les dictz Moreaulx (accompagnez de plusieurs personnes), en table, prenantz leur réfection en un racroq d’une nopce. » Les sieurs De Dranville et Des Ifs, qui, les premiers, le pistolet à la main,