Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/469

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


    Le père d’Anne De Voré était prénommé Gilles ; il était chevalier des ordres, et demeurait au Buat, près Laigle, en Normandie.
    Nota. L’arrêt qui avait admis Anne De Voré à lever la fierte, fut cassé au conseil, par la raison que le meurtre avait eu lieu de guet-à-pens. (Voir l’histoire.)


1612. Messire Jean De Lametz, chevalier, sieur de Bournonville, âgé de 24 ans ou environ.

Antoine De Lametz, écuyer, sieur de Perne, âgé de 21 ans, demeurant à Moutonvilliers, paroisse de Saint-Antoine, à 2 lieues d’Amiens.

    Les sieurs Lametz-Bournonville, De Scesseval et De Dromesnil avaient épousé les trois sœurs, filles du sieur De Lisle-Marivaux, gouverneur de Laon. Après la mort des père et mère de leurs femmes, des discussions eurent lieu entre eux pour la succession. Lametz-Bournonville et Scesseval eurent à se plaindre de Dromesnil. Au mois de juin 1609, Lametz-Bournonville et le sieur De Perne, son frère, se rendaient à Beauvais pour s’expliquer avec Dromesnil ; ils étaient précédés par leur train, qui se composait d’un valet de chambre nommé Lapointe, d’un palefrenier, d’un sommelier et d’un laquais. Tout-à-coup ils entendirent l’explosion d’une arme à feu, et, s’avançant, ils virent le sieur De Dromesnil tomber de cheval, atteint d’un coup mortel : c’était Lapointe, leur valet de chambre, qui, sans leur aveu, et mû, apparemment, par un sentiment de vengeance personnelle, l’avait tué d’un coup de pistolet. Telle fut du moins la déclaration que les deux frères firent au chapitre. Lors de ce meurtre, ayant vainement cherché Lapointe pour le livrer à la justice, et voyant bien qu’on les soupçonnerait d’avoir ordonné ce crime, ils sortirent de France, « errèrent, durant trois ans, par les pays