Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/495

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à Letteguives, chez le sieur De Theuffles, son frère, et demeurant actuellement au château de Rebais.

Isaac D’Aussy, écuyer, sieur de Saint-Michel, page du baron de Rebais.

    Par suite d’une querelle qui eut lieu dans l’auberge du Cygne, à Ry, ils avaient tué le sieur Allaudy, qui voulait attenter à leurs jours, et avaient blessé le sieur Baillard.
    Huit ans avant, le sieur De Theuffles, étant page du baron de Rebais, et demeurant, par son ordre, au château de Cailly, avait tué un soldat maraudeur qui s’enfuyait avec un cheval volé par lui à un gentilhomme.
    Une autre fois, poursuivant des bohémiens qui avaient volé les habitans de Rebais, il tua d’un coup de fusil leur chef, qu’il n’avait voulu que saler un peu par derrière, mais qui malheureusement s’étant retourné, reçut une charge de menuise dans le bas-ventre.
    Il avait donné des coups de bâton à des sergens qui venaient exploiter à Rebais, sans la permission du baron.


1659. Alexandre Du Tertre, écuyer, sieur de la Morandière, de la paroisse de Saint-Lô, à Rouen, âgé de 21 ans.

Pierre Le Paigny, sieur d’Aubertot, né au Bec-de-Mortagne, diocèse de Rouen.

    Partant de Sierville en Caux, à cheval, un oyseau sur le poing et un fouet à la main, ils rencontrèrent des gentilshommes avec qui ils étaient en mésintelligence ; on se querella, on se battit ; un nommé Susanne, domestique des gentilshommes ennemis des sieurs De la Morandière et D’Aubertot, fut tué d’un coup de pistolet.