Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/498

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de 32 ans, fils de M. Du Thon, conseiller au présidial de Caen.

    Le valet du sieur De Cairon relançant un lièvre sur les terres de M. De Séqueville, gouverneur de Vire, avait été maltraité par quinze ou vingt domestiques armés qui injurièrent grossièrement le sieur De Cairon lui-même. Peu après, le sieur De Cairon et le sieur De Salemier, fils de M. De Séqueville, s’étant rencontrés à la Pomme-d'Or, près Saint-Maclou, sur la route de Pont-Audemer, se provoquèrent et se battirent ; M. De Salemier périt.
    2°. A l’âge de 25 ou 26 ans, Jacques De Cairon de Merville s’était battu à l’épée, en plein jour, au carrefour Saint-Pierre, à Caen, avec le sieur De Courdon, écuyer, et avait blessé son adversaire. Ceci s’était passé « en la présence de quantité de personnes. »


1666. Gabriel De Blondin, écuyer, sieur d’Imblemare, gentilhomme, âgé de 24 ans, demeurant en la paroisse des Flamets-Frétils, près Neufchâtel.

Emar De Blondin, écuyer, sieur de Bellesme, âgé de 30 ans ou environ, demeurant en sa maison de Bellesme, paroisse d’Arques, près Dieppe.

Nicolas De Blondin, écuyer, âgé de 29 ans, frère du précédent, demeurant en la paroisse de Rieux, près Blangy.

    1°. Le Samedi-Saint 1660, Gabriel et Emar De Blondin, cousins-germains, revenaient de Dieppe où ils étaient alles pour se confesser, lorsque Gabriel De Blondin, qui marchait en avant, rencontra, près de la chapelle d’Espiné, le sieur De Gontrecourt, lieutenant au château d’Arques, qui, en l’apercevant, lui cria : « Il fault mourir », et, en parlant