Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/650

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


clefz, le quel ne les voult tenir, mais les rendi comme dessus. Et, ce jour, alla en chappitre de la dicte églize où estoient grant nombre des dictes gens, et les frères de la frarie saint Roumaing, en grant nombre ; et se mist à genoulx devant iceulx, en leur disant, de par nom, que, se ilz voulloient, les dictes cléfz seroient mises ès mains de Guillaume Sébire nottaire du roy et greffier de son conseil, à Rouen, ainsy et par la forme et manière que par nous a voit esté dit et parlé au dit conseil, et plus n’en sauroit depposer, sur tout dilligamment examine. Ainsi signé, Desloges.

L’an dessus dit, le 19e. jour du dit mois de may, devant nous lieutenant dessus nommé, la depposition dessus dicte fu leue à icellui, mot à mot, la quelle il jura et afferma estre vraye en tout ce que elle contient, et l’a signée de son signe manuel devant nous, au dit jourduy, présent Le Ret Le Nouvel, sergent.

Le Ret Le Nouvel, sergent du roy nostre sire à Rouen, aagié de 38 ans ou environ. Juré etc. Dit et deppose par son sèrement que il estoit serviteur de Girot Dubosc geollier, en l’an que messire Guy le Bouteillier entra en Rouen ; et, après, entra messeigneurs De Chastellux et Le Veaudebar, et que ilz mistrent siège devant le chastel de la dicte ville de Rouen. Et, pour ce que les prisons qui estoient devant le dit chastel furent arses, les prisons furent ordonnées où ilz sont à présent, en l’ostel de la dicte ville ; et est bien record, et soit, de certain, que il portoit lors les cléfz des dictes prisons. Et, en celle année, gardoit les dictes cléfz, au temps des processions que on fait à Rouen, la sepmaine de l’Ascension, les lundi, mardi, mercredi et jeudi. Au quel jour de jeudi, le bailli de Rouen ou son lieutenant a accoustumé baillier et délivrer ung prisonnier criminel, à l’élection des gens du chappitre de la grant église de la dicte ville ; et vit venir ès dictes prisons iceulx de chappitre, en iceulx jours, examiner les prisonniers lors estans ès dictes prisons ; et leur fist ouverture d’icelles prisons, et son dit maistre. Maiz, onques ne demandèrent, prindrent ou ourent les clefz d’icelles prisons, ne aussi ne parlèrent ou sommèrent aucunement son dit maistre ne lui de leur bailler les dictes cléfz, ne de partir ou yssir hors du dit hostel où sont et estoient lors les dictes prisons. Maiz est bien vray que, cependant que les dits de chappitre faisoient leur examen, il qui deppose se retournoit en la chambre de son dit maistre. Et quant iceulx de chappitre voulloient avoir ung prisonnier, il qui deppose leur alloit quérir et ouvroit la prison, de ses cléfz, dont il, ou son dit maistre estoient tousiours saisiz ; et plus ne autre chose n’en sauroit depposer ; présens à ceste depposition, Quissebout et Martin Le Roux.

Martin Le Roux, dessus nommé, demourant ès dictes prisons, dit et deppose, par son sèrement, que il vit, par plusieurs foys, en aucuns d’iceulx jours derrains passes, venir les dits de chappitre en l’ostel des dictes prisons ; et les vit parler au dit Desloges son maistre ; aus quelz