Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/651

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de chappitre le dit geollier bailla les cléfz des dictes prisons, en la main de l’un d’eulx, et offry, par plusieurs foys, estre enfermé par iceulx dedens l’une des chambres ou prisons du dit hostel, à leur volenté et plaisir, et en faire wider sa dicte femme enffans et gens. Et, de fait, fist, jeudi, wyder sa dicte femme et enffans hors des dictes prisons, en suppliant humblement à iceulx de chappitre, en grant revérence, que il leur pleust examiner les prisonniers estans ès dictes prisons, et offrant leur faire ouverture et baillier les cléfz, et que il ne demourast que lui seul ainsi enfermé, requérant que de ce ne fust aucune chose dit aux gens et officiers du roy en la dicte ville. Et les diz de chappitre respondirent que ilz n’en feroient riens par icelle voye, et voulloient que chascun le seust, et autrement ne les prindrent, et plus n’en scet. Ainsi signé, M. Le Roux.

Jehan Biertrix, dessus nommé, dit et deppose que, à ung d’iceulx jours derrains passéz des dictes processions, en la dicte sepmaine, il vit ès dictes prisons les dits de chappitre aus quelz son dit maistre offry baillier les dictes cléfz, pourveu que il les lui rendist. Et leur offry monstrer les prisonniers ; et, le dit jour de lundi, parlèrent les dits de chappitre aus dits prisonniers ; et furent par toutes les dictes prisons, et plus n’en scet autre chose que dessus à depposé.

Le 21e. jour de may, ou dit an, devant nous Pierre Poolin lieutenant.

Guillaume Marc, naguéres geôlier des dictes prisons, juré, etc. Dit et deppose qu’il a esté troys ans tous continus geolier d’icelles prisons. A veu, par troiz foiz, faire la délivrance du prisonnier, le dit jour de l’Ascension, et veu venir en son hostel, par les trois jours dessus dis, chascun an, le lundi, mardi, mercredi et jeudi, les gens dudit chappitre, chanoines et autres, pour examiner les prisonniers en la manière acoustumée. Et, à toutes icelles années, ès jours de lundi, mardi, mercredi et jeudy de la dicte sepmaine de l’Ascension, que iceulx de chappitre venoient au dit hostel, faire le dit examen, il qui deppose avoit et tenoit les cléfz des dictes prisons, ou ses gens toutes et chascunes d’icelles ; et n’en estoient aucunement saisis les dits de chappitre ou aucun d’eux, ne les demandoient à avoir, mais iceulx de chappitre estoient en une chambre de retrait ès dictes prisons, et il qui deppose se tenoit là où il voulloit en dit hostel hors du dit retrait, et demouroient deux chappellains en salle basse, en meilleu du dit hostel ; et il qui deppose estoit le plus avecques, quant il n’avoit à besongner. Et quant iceulx de chappitre avoient examiné ung prisonnier, il qui dépose le remenoit ou faisoit remener en sa prison, et l’enfermoit ; et se iceux examinateurs du dit chappitre en voulloient ung autre, il qui parle, ou ses dis gens serviteurs l’aloient quérir ; et aucunes foiz il alloit en sa chambre et ne fermoit point l’huis du chellier ou autres prisons à la cléf, mais fermoit les tourous ; et, toutes voies, appelloient iceux de chappitre, le dit geolier, ou ses dictes gens, servicteurs pour leur