Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/653

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prisons estoient devant le chastel du dit Rouen, il estoit sergent ; et le fu, le dit temps, huit ans. Et, aucunes foiz, amené des prisonniers ès dictes prisons ; et estoit lors Mahiet Godeffroy geôlier d’icelles. Et quant les diz de chappitre estoient dedens les dictes prisons, le dit Godeffroy ou ses gens, qui demouroient devant icelles prisons, de l’autre part de la rue, avoit les cléfz en son hostel, et en venoit faire ouverture à il qui parle ; et estoient iceux chanoines enfermés par le dit Mahiet ou ses gens dedens les dictes prisons. Et, du depuis que les dictes prisons ont esté ronpues et arsses, et que celles de présent qui sont en l’ostel de la dicte ville ont esté ordonnées, il ne saroit autre chose depposer de certain. Et est bien souvenant que, à ung jour de l’Ascension (ne scet quel an, pour la longueur du temps), les dis de chappitre estoient ès dictes prisons près du dict chastel ; et il qui parle avoit pris ung jeune enffant qui avoit couppé les bourses à aucunes personnes, le quel il mist ès dictes prisons, les quelles lui furent ouvertes par le dit Mahiet ou l’un de ses gens ; et, après, refermèrent les dictes prisons, les diz chanoines et gens de chappitre estans dedens, et plus n’en sçet sur tout.

Jehan Le Moigne, dit Routier, sergent, aagié de 40 ans ou environ, juré, dit et deppose par son sèrement que il a esté geôlier des prisons à Rouen, qui sont à présent, par deux ou troiz ans ; et a veu venir les dicta de chappitre, et leur ouvroit les prisons, et alloit quérir les prisonniers en chacune prison, comme les dis de chappitre les demandoient et voulloient avoir, et cloait et ouvroit icelles prisons, à son plaisir ; et, aucune foiz, lessoit les cléfz devant les chanoines qui faisoient les examens, et s’en alloit hors de la chambre ordonnée aux dis examens, en sa chambre ou ailleurs ou dit hostel, quant il falloit avoir ung prisonnier, iceux de chappitre l’apelloient. Et ne lui demandèrent onques les cléfz, par auctorité ou autrement, ne le mistrent hors du dit hostel, ne luy dirent que il partist des dictes prisons, et plus n’en soit. Ainsi signé, Le Moygne.

Jehan Orenge, sergent de Saint-Victor, aagié de 60 ans ou environ, tesmoing jurés ouy et examiné, dit et deppose par son sèrement que, lorsque les prisons du roy nostre dit seigneur estoient devant le dit chastel, lonctemps au devant de la conqueste, et que feux Rogier Louvet et sa femme furent geôliers des dictes prisons et feu Mahiet Godeffroy, il qui deppose fu clerc et servicteur des dis deffuns, portant les cléfz des dictes prisons, dont il avoit troiz fardeaux, les unes des grands huis de devant de hault et de ceux de bas, où il avoit ung pié de cherf et les autres d’aucunes prisons particullières, dedens, les quelles particullières de l’un d’iceux fardeaux il qui parle, ses diz maistres ou serviteurs lessoient assés communément entre deux des grans huis des entrées d’icelles prisons. Et l’autre fardel où estoient les dictes grans cléfz d’icelles entrées de hault et bas, où pendoit le dit pié, il qui