Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/660

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


environ l’espace d’un an ; mais il qui dépose ne y fu présent que depuis Pasques jusques à la Saint-Michel ensuiant. Dit que, ès temps dessus dictz, il a veu venir devant l’Ascension nostre seigneur, ès dictes prisons, des chanoines et chapellains de l’esglise de Rouen, par deux ans, demander leur prisonnier ; et, l’une foiz, y estoit présent comme geollier ; et l’autre foiz comme serviteur gardant les cléfz d’icelles prisons pour son maistre. Dit, en oultre, il qui parle, que quant yceulx gens d’église estoient entrez en la salle ou chambre qui est devant les prisons, le dit geollier leur bailloit les cléfz et puis s’en alloit en sa chambre en hault par le dégré. Et l’un des chapellains clouoit l’uis après lui, et quant ilz vouloient avoir ung des prisonniers pour l’examiner, ilz appelloient il qui parle, et lui bailloient les cléfz pour appeller le prisonnier qu’ilz vouloient avoir ung des prisonniers, pour l’examiner, ilz appelloient il qui parle, et lui baillaient les cléfz pour appeler le prisonnier qu’ilz vouloient examiner, fût criminel ou pour debte. Interrogié le dit déposant de quelle auctorité il leur bailloit les cléfz, et se ce estoit de l’auctorité de monsieur le bailli ou de son lieutenant ou d’autre de la justice, dit que Pierres Poolin, adonc lieutenant de monsieur le bailli, lui disoit qu’ilz ne devoient point avoir les cléfz ; mais, nonobstant ce, le geollier leur bailloit les dictes cléfz. Dit oultre, que, de la chambre ou estoit le dit geollier retrait, lui ne autre de l’ostel ne povoit veoir ne oïr chose que yceulx gens d’église féissent ; ne ne descendoit ycellui geollier à yceulx gens d’église, ne ne venoit à eulx s’ilz ne l’appellassent, ne ne demandoit les cléfz s’ilz ne lui offrissent pour veoir un prisonnier s’il ne venoit aucun homme de dehors pour mectre dedans ycelle geolle. Dit que, trois jours devant l’Ascension, leur paroit une chambre en la geolle, et là leur quéroit une croix ou estoit l’image du crucifix, et leur quéroit pain et vin. Interrogié, il qui parle, se ce estoit du commandement de justice, dit que non ; maiz le faisoit de son plaisir, et pour ce qu’il avoit oy dire que ainsi estoit acoustumé. Et plus n’en scet.

Guillaume Blancbaston, viconte de Monstiervillier, aagié de 50 ans ou environ, produict, juré et examiné comme dessus, le 11e. jour de juing, ou dit an, dit et dépose, sur le fait de la délivrance du prisonnier, qui, pour l’onneur de saint Roumain, se délivre, chascun an, ou jour de l’Ascension nostre seigneur ; il qui parle fut fils de Guillaume Blancbaston, cui Dieu pardoint, lequel fu lieutenant général du bailli de Rouen, qui, pour lors, estoit, c’est assavoir messire Jehan De la Tuille, ou quel temps il qui parle demouroit avecques son dit père, et aprenoit le stille de la court séculière. Dit que, plusieurs années, vit les gens de l’église de Nostre-Dame de Rouen insinuer leur prévilége au dit bailli, en une petite cohue qui lors estoit devant le chastel, environ 15 jours devant l’Ascension, lequel bailli les recevoit moult honnourablement. Dit oultre, il qui parle, qu’il fut présent et vit, par plusieurs années, yceulx gens d’église venir à la geolle du roy, qui, pour lors,