Page:Amiel - Les Étrangères, 1876.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Veux-tu noyer nos baraques,
Vermine de Lucifer ?
Tortillard qui m’estomaques,
Finis-tu ce jeu d’enfer ?
Pilier qui chemine,
Vilain avorton,
Pilier de cuisine
Redeviens bâton !
Qu’on te joigne
Seulement,
Garnement,
Qu’on t’empoigne !
D’un coup de hache, je veux
Gredin, te couper en deux !

Ah ! le voilà qui m’échappe
Et verse encor un baquet,
Mais cette fois je l’attrape,
Cobold, voici ton paquet !
Crac ! la perche dure
Est en deux morceaux,
Et je me rassure.....
Espoir vain et faux !