Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

la direction des portions dont il se compose est déterminée, à chaque point, par la tangente à la courbe suivant laquelle il a lieu, et ensuite celle d’un courant électrique sur un aimant, ou de deux aimants l’un sur l’autre, en considérant, dans ces deux derniers cas, les aimants comme des assemblages de courants électriques disposés comme je l’ai dit plus haut. D’après une belle expérience de M. Biot, les courants situés dans un même plan perpendiculaire à l’axe de l’aimant doivent être regardés comme ayant la même intensité, puisqu’il résulte de cette expérience, où il a comparé les effets produits par l’action de la terre sur deux barreaux de même grandeur, de même forme et aimantés de la même manière, dont l’un était vide et non l’autre, que la force motrice était proportionnelle à la masse et que, par conséquent, les causes auxquelles elle était due agissaient avec la même intensité sur toutes les particules d’une même tranche perpendiculaire à l’axe, l’intensité variant d’ailleurs d’une tranche à l’autre, suivant que ces tranches sont plus loin ou plus près des pôles. Quand l’aimant est un solide de révolution autour de la ligne qui en joint les deux pôles, tous les courants d’une même tranche doivent en outre être des cercles : ce qui donne un moyen pour simplifier les calculs relatifs aux aimants de cette forme, en calculant d’abord l’action d’une portion infiniment petite d’un courant électrique sur un assemblage de courants circulaires concentriques occupant tout l’espace renfermé dans la surface d’un cercle, de manière que les intensités qu’on leur attribue dans le calcul soient proportionnelles à la distance infiniment petite de deux courants consécutifs, mesurée sur un