Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

déjà observé une partie des effets que j’attendais de l’emploi d’un conducteur plié en hélice, et je ne doute pas que plus on variera les expériences fondées sur l’analogie qu’établit la théorie entre cet instrument et un barreau aimanté, plus on obtiendra de preuves que l’existence des courants électriques dans les aimants est la cause unique de tous les phénomènes magnétiques.

Je ne pus achever la lecture que je fis à l’Académie de ce que je viens de transcrire que dans la séance du 25 septembre ; je terminai cette lecture par un résumé où je déduisais, des faits qui y étaient exposés, les conclusions suivantes :

1° Deux courants électriques s’attirent quand ils se meuvent parallèlement dans le même sens ; ils se repoussent quand ils se meuvent parallèlement en sens contraire ;

2° Il s’ensuit que quand les fils métalliques qu’ils parcourent ne peuvent que tourner dans des plans parallèles, chacun des deux courants tend à amener l’autre dans une situation où il lui soit parallèle et dirigé dans le même sens ;

3° Ces attractions et répulsions sont absolument

    pouvait la négliger, ce qui n’est pas ; mais tout ce que je dis ici sera vrai si on l’entend d’une hélice où l’on ait détruit cette action par un courant rectiligne opposé, établi dans le tube de verre qu’elle entoure de ses spires, en sorte qu’il ne reste plus que l’action qu’exerce chaque spire dans un plan perpendiculaire à l’axe de l’hélice ainsi que je l’ai expliqué dans le premier paragraphe de ce Mémoire.