Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


où les premières étoiles tremblent dans le ciel pâle, il ceignit la courroie de sa lyre et s’en alla, le long du rivage, vers les demeures des hommes riches, qui se plaisent à entendre, durant les longs festins, les louanges des héros et les généalogies des Dieux.

Ayant cheminé toute la nuit selon sa coutume, il découvrit aux clartés roses du matin une ville assise sur un haut promontoire, et il reconnut l’opulente Hissia, aimée des colombes, qui regarde du haut d’un rocher les îles blanches se jouer comme des nymphes dans la mer étincelante. Il s’assit non loin de la ville, au bord d’une fontaine, pour se reposer et pour apaiser sa faim avec des oignons qu’il avait emportés dans un pli de sa tunique.

Il achevait à peine son repas quand une jeune fille, portant une corbeille sur sa tête, vint à la fontaine pour y laver du linge. Elle le regarda d’abord avec défiance, mais voyant qu’il portait une lyre de bois sur sa tunique déchirée et qu’il était vieux et accablé de fatigue, elle s’approcha sans crainte et soudain,