Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


émue de pitié et de vénération, elle puisa dans le creux de ses deux mains rapprochées un peu d’eau dont elle rafraîchit les lèvres du chanteur.

Alors il la nomma fille de roi ; il lui promit une longue vie et lui dit :

— Jeune fille, l’essaim des désirs flotte autour de ta ceinture. Et j’estime heureux l’homme qui te conduira dans sa couche. Et moi, vieillard, je loue ta beauté comme l’oiseau nocturne qui pousse son cri méprisé sur le toit des époux. Je suis un chanteur errant. Jeune fille, dis-moi de bonnes paroles.

Et la jeune fille répondit :

— Si, comme tu dis et comme il semble, tu es un joueur de lyre, ce n’est pas un mauvais destin qui t’amène dans cette ville. Car le riche Mégès reçoit aujourd’hui un hôte qui lui est cher, et il donne aux principaux habitants de la ville, en l’honneur de son hôte, un grand festin. Sans doute, il voudra leur faire entendre un bon chanteur. Va le trouver. On voit d’ici sa maison. Il n’est pas possible d’y arriver du côté de la mer, parce qu’elle est située sur