Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le riche Mégès ne manquait point d’intelligence. Devinant que le Vieillard était un bon chanteur, il lui donna une place honorable au foyer et lui dit :

— Vieillard, quand nous aurons apaisé notre faim, tu nous chanteras ce que tu sais d’Achille et d’Ulysse. Efforce-toi de charmer les oreilles d’Oineus mon hôte, car c’est un héros plein de sagesse.

Et Oineus, qui avait longtemps erré sur la mer, demanda au joueur de lyre s’il connaissait les voyages d’Ulysse. Mais le retour des héros qui avaient combattu devant Troie était encore enveloppé d’obscurité, et personne ne savait ce qu’Ulysse avait souffert, errant sur la mer stérile.

Le Vieillard répondit :

— Je sais que le divin Ulysse entra dans le lit de Circé et trompa le Cyclope par une ruse ingénieuse. Les femmes en font des contes entre elles. Mais le retour du héros dans Ithaque est caché aux chanteurs. Les uns disent qu’il rentra en possession de sa femme et de ses biens ; les autres qu’il chassa Pénélope, parce