Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


et beaucoup de chefs au visage peint de pastel tombèrent au pied des tours. Une fois encore les Bretons connurent que les Romains étaient doués d’une force surhumaine. Aussi vinrent-ils le lendemain demander pardon à César et lui promettre leur amitié.

César les reçut d’un visage immobile, mais la nuit même il fit embarquer ses légions dans les liburnes réparées en grande hâte, et cingla vers le rivage des Morins. N’espérant plus recevoir sa cavalerie dispersée par la tempête, il renonçait, pour cette fois, à la conquête de l’Ile brumeuse.

Komm l’Atrébate regagna avec l’armée le rivage des Morins. Il avait monté à bord du navire qui portait le proconsul. César, curieux de connaître les usages des barbares, lui demanda si les Gaulois ne se croyaient point issus de Pluton et si ce n’était pas à cause de cette origine qu’ils comptaient le temps par les nuits et non par les jours. L’Atrébate ne put lui donner la raison véritable de cette coutume. Mais il lui dit qu’à son avis la nuit avait précédé le jour à la naissance du monde.