Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



— Au large, ivrogne !

Et la vieille semblait un centurion armé du cep de vigne, tant la majesté du Peuple romain éclatait dans l’Empire !

Komm, d’un coup de poing, lui brisa la mâchoire et s’éloigna tranquille, tandis que l’étroit couloir de la maison s’emplissait de cris aigus et de hurlements lamentables. Il laissa sur sa gauche le temple de Diane ardenaise et traversa le forum entre deux rangs de portiques.

Reconnaissant, debout sur son socle de marbre, la déesse Rome, la tête coiffée du casque et le bras étendu pour commander aux peuples, il accomplit devant elle, avec une intention injurieuse, la plus ignoble des fonctions naturelles.

Il avait traversé toute la partie bâtie de la ville. Devant lui s’étendait le cercle de pierres à peine esquissé, déjà immense, de l’amphithéâtre. Il soupira :

— Ô race de monstres !

Et il s’avança parmi les débris abattus et foulés aux pieds des huttes gauloises, dont les toits de chaume s’étendaient naguère ainsi