Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moi-même écrire, si j’avais la tête aux écritures. Quand j’étais jeune, je trouvais des chansons d’amour dont s’émerveillaient les dames et que les clercs mettaient dans leurs livres. A cela près, j’ai toujours méprisé les lettres à l’égal des arts et je ne me suis pas plus soucié d’écrire que de tisser la laine. Que chacun, à mon exemple, agisse selon sa condition. Mais vous, Fra Ambrogio, qui êtes un scribe très savant, ce serait à vous de faire un récit des grandes entreprises que j’ai conduites. Il vous en reviendrait de l’honneur, si toutefois vous les contiez non en religieux, mais en noble, car ce sont des gestes de noble et de chevalier. On verrait par ce discours que j’ai beaucoup agi. Et de tout ce que j’ai fait je ne regrette rien.

J’étais banni, les guelfes avaient massacré trois de mes parents. Sienne me reçut. Mes ennemis lui en firent un tel grief qu’ils excitèrent le peuple florentin à marcher en armes contre la ville hospitalière. Pour Sienne, pour les bannis, je demandai secours au fils de César, au roi de Sicile.