Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faudrait point employer, s’il était possible, des mains étrangères. On la voudrait remettre toute à des concitoyens et de préférence à des nobles, capables d’y travailler avec un bras infatigable et un esprit délié.

Je n’en dirai pas autant des guerres extérieures. Ce sont des entreprises utiles ou même nécessaires, qu’on fait pour maintenir ou étendre les limites des États, ou pour favoriser le trafic des marchandises. Il n’y a, le plus souvent, ni bon profit ni grand honneur à faire soi-même ces grosses guerres. Un peuple avisé s’en décharge volontiers sur des mercenaires et en remet l’entreprise à des capitaines expérimentés, qui savent beaucoup gagner avec peu d’hommes. Il n’y faut que des vertus de métier et il convient d’y répandre plus d’or que de sang. On n’y peut mettre du cœur. Car il ne serait guère sage de haïr un étranger parce que ses intérêts sont opposés aux nôtres, tandis qu’il est naturel et raisonnable de haïr un concitoyen qui s’oppose à ce qu’on estime soi-même utile et bon. C’est seulement dans la guerre civile qu’on peut montrer un esprit