Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


regard de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Mais ayant institué les empires, les royaumes et les républiques, Dieu souffre qu’on les défende par les armes, et il regarde les capitaines qui, l’ayant invoqué, tirent l’épée pour le salut de leur patrie temporelle. Il se détourne au contraire du citoyen qui frappe sa ville et la saigne, comme vous fîtes d’un si grand vouloir, messer Farinata, sans craindre que Florence, par vous épuisée et déchirée, n’eût plus la force de résister à ses ennemis. On trouve dans les chroniques anciennes que les villes affaiblies par des guerres intestines offrent une proie facile à l’étranger qui les guette.

FARINATA.

Moine, est-ce quand il veille ou quand il dort qu’on fait bien d’attaquer le lion ? Or, j’ai tenu éveillé le lion de Florence. Demandez aux Pisans s’ils eurent à se réjouir de l’avoir assailli dans le temps que je l’avais rendu furieux. Cherchez dans les vieilles histoires et vous y trouverez peut-être aussi que les cités qui bouillonnent au dedans sont toutes prêtes