Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
xxxiii
ZEND-AVESTA. — INTRODUCTION I : LES ÉTUDES ZOROASTRIENNES
remuant et plein d’idées, qui s’était jusqu’alors fait connaître par l’intrépidité qu’il avait portée dans la védisation de l’Avesta, retrouvant dans les Védas le nom même de Zoroastre et des allusions à la révolution zoroastrienne, transformant les deux livres en pamphlets des deux partis en lutte et découvrant dans la nomenclature géographique du Vendidad le bulletin de la marche de l’émigration aryenne. Plus tard, étant allé à Bombay, il s’y initie à la littérature pehlvie, en apprécie l’étendue et l’importance et donne à l’étude du pehlvi une impulsion durable par ses propres travaux et ceux qu’il suscite. Le premier, il songe à confronter le pehlvi des monuments avec celui des manuscrits et les éclaire l’un par l’autre. Il donne, en collaboration avec le Dastùr Hoshangji et M. West, le modèle parfait d’une édition pehlvie, dans son Ardà Viràf[1] ; il publie une édition plus correcte des deux précieux lexiques, zend et pehlvi, dont Anquetil avait donné une édition très insuffisante un siècle auparavant[2] : enfin, il inspire les travaux de l’homme qui, sans écrire un mot sur l’Avesla, a peut-être fait le plus dans les vingt dernières années pour la solution du problème avestéen, M. West.
M. West, ayant passé vingt ans comme ingénieur à Bombay et y ayant appris les dialectes indigènes, le sanscrit, le persan et l’arabe, se mit vers la fin de son séjour à étudier le zend et le pehlvi. Il apportait dans cette étude « les habitudes de méthode et de bon sens de son métier, avec une défiance instinctive de toute assertion dogmatique ». Il débuta en 1871 par une excellente édition de Mìnôkhard[3], et dans sa préface, avec une mo-
  1. The Book of Arda Viraf, contenant le Gosht-i Fryano et le Hadokht Nask, 2 vol. in-8°, Bombay, 1872 ; le premier volume comprend le texte, la transcription romane, la traduction et le commentaire, le second volume le lexique et une esquisse de grammaire, par M. West. — Il existe de l’Ardà Viràf une excellente traduction française, par M. Adrien Barthélémy, Paris, Leroux, 1888.
  2. An old Zand-Pahlavi Glossany (texte, transcription, traduction, index alphabétique), par Dastùr Hoshangji Jamaspji et Haug, 1 vol. in-8°, Bombay, 1867.
    An old Pahlavi-Pazand Glossary (même plan, mêmes auteurs), précédé d’une introduction sur le pehlvi, contenant la traduction des principales inscriptions pehlvies, Bombay, 1870. — Le texte de ces deux lexiques est encore très incertain ; M. Carl Salemann a donné des variantes d’un bon manuscrit de Saint-Pétersbourg (Ueber eine Parsenhandschrift der kaiserlichen oeffenllkhen Bibliothek, pp. 67-100 dans le volume H des Travaux du Congrès des Orientalistes de Leide, Leide, 1878).
  3. The Book of the Mainyo-i-khard (transcription romane du texte pazend et de