Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





HÂ 3 [SRÔSH DARÛN]




Dans les manuscrits liturgiques ce Hâ est intitulé « Srôsh Darûn, commencement » [1] : ce Hâ sert en effet de début à l’office particulier connu sous ce nom et destiné à assurer à l’âme des morts, dans son passage à l’autre monde, la protection de Sraosha.

Le Hà précédent nous présentait le Barsom et l’eau Zôhr préparés pour être offerts ; celui-ci nous présente les autres offrandes, qui sont pour la plupart de nature à être consommées (de la nature du Darûn, le pain consacré).

L’énumération divine est celle du Hâ I ; la formule essentielle est celle du Hâ II.


________________


Le Râspî met sur la table le Darûn avec le Goshôdâ (gaush hudhâo) ; puis il place trois êsm bôi près de l’autel du feu.

Le Zôt passe en revue du regard tous les instruments du sacrifice, prend de l’eau dans la cuve et la verse sur le Barsom.


Zôt et Ràspî ensemble :


1. Le baresman étant déposé [2], avec la libation, à cette heure où préside Hâvani ;

  1. Le Commentaire pehlvi renvoie plusieurs fois à ce Hâ et aux suivants en les désignant sous le nom de Srôsh Darûn : ainsi III, 22-60 ; IV, 13-55 ; VI, 4-37 ; VI, 41-50 sont cités de cette façon aux Hâs XXII, 13 ; XXIV, 30 ; XVII, 59 ; XVII, 71.
  2. « C’est-à-dire porté sur le support du Barsom » (Comm. P. — Darsamdàn,

t. i. 7