Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





HÂ 14 (SP. 15)



Ici commencent les Staota Yêsnya ou Stôt Yasht qui s’étendent jusqu’au Hâ LIX et forment un sacrifice indépendant à eux seuls. Voir à l’Introduction l’analyse du Yasna.

_____________


1 1 [1]. Me voici, ô Amesha-Spentas, prêt à vous louer, vous appeler, vous invoquer, vous sacrifier, vous proclamer, me saisir de vous, pour sacrifice et prière à vous, les Amesha-Spentas, pour paix de conscience et béatitude à nous, les saints Saoshyants 2 [2].


2 (3). A vous, Amesha-Spentas, les bons souverains, les bienfaisants, je donne ma vie, je donne tous les biens de la vie.


3 (5). Avec cette libation et ce Baresman,

j’appelle au sacrifice toutes les divinités saintes ;

j’appelle au sacrifice tous les Maîtres de sainteté,

à l’heure où préside Hâvani, à l’heure où président Sâvafihi et Vîsya, à l’heure où préside le plus grand de tous les Ratus.
  1. 1. Dans le Vendidad Sadé, les deux premiers paragraphes de ce chapitre sont remplacés par la version parallèle, un peu plus développée, du Vispéred V.
  2. 2. Le sacrifice est offert aux dieux au profit des saints qui l’offrent (Saoshyant, voir Yasna IX, note 7, et XIII, note 12). — havanhài, ashavastâi : voir Y. XI, notes 32 et 33.