Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





HÂ 22 — HÔMAST YASHT

Cf. Shâyast-lâ-Shâyast, 313, n. 8.



Le manuscrit liturgique porte en tête de ce Hâ le titre Hômâst Yasht bûn, où Hômâst (ou mieux Hôm-ast) représente sans doute une corruption, orthographique ou phonétique, de Hômyast « sacrifice de Hôm » ; cf. dans le Dînkart, IX, xii, 1, yasn écrit asn. En effet ce chapitre et les suivants jusqu’aux Gâthas, et l’on peut dire même jusqu’à la fin de la Gâtha Ahunavaiti, sont consacrés à la préparation du Haoma.

Ce Hâ correspond dans le sacrifice de Haoma au Hâ III : il contient l’appel au sacrifice des offrandes qui font partie du sacrifice de Haoma et des divinités qu’on y convie. L’énumération de ces divinités comprend deux parties ; la première est l’énumération normale des premiers Hâs (§§ 4-19 = Hâ III, 4-19) ; la seconde est l’énumération plus rare qui est reproduite dans l’Introït du Yasna (§§ 8-12 ; v. s. pages 3-4).

_______________


« Déposer [sur un plat] du Hôm et de l’Urvaràm » 1 [1].

Le Zôt prend le zôr-tâê, le trempe dans le jivâm, et le passe sur l’Evanghin du Barsom, en disant, avec le Râspî :

1. Ashem vohû. La sainteté est le bien suprême… (3 fois).
  1. 1. Texte complet de Pt4 : srishâmrûtig gavisha, êsmàbôi ê tâk min dashan barâ anakhtûnisha ; Hôm pun kamistîh 3 tâk u urvarâm pârak ê anakhtûnishn ; « Répéter trois fois (l’Ashem vohû) ; mettre à droite (?) un êsmbôî ; mettre au moins trois tiges de Hôm et un morceau d’urvarâm ».