Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






HÂ 27




Ce Hâ est consacré à la formation du Parâhôm : le Hôm et l’Urvarâm sont pilés (§§ 1-5), mêlés d’eau zôhr (§ 5), pressés et filtrés : le liquide qui coule est le Parâhôm.

___________


Le Zôt retire le pilon de la cuve 1 [1] et dit avec le Râspî :


1. Ceci est pour prendre, comme le plus grand de tous, pour Seigneur et pour Maître 2 [2], Ahura Mazda.


En disant « pour seigneur » (ahùmca), le Zôt touche la table avec la tète du pilon ; en disant « et pour maître » (ratùmca), il la touche avec le bout du pilon.

Il frappe le pilon contre le hâvan, du côté du Levant, et ils disent ; }}


pour frapper (snathâi) le damné Angra Mainyu ;


il frappe le pilon contre le hàvan, du côté du Midi, et ils disent :


pour frapper Aêshma 3 [3], à l’arme meurtrière ;

  1. 1. Pour broyer le Hôm : v. §§-5. — Pt4 : apar hâvan harà afrâzishn « lever le pilon » (uparem havanem ; Y. X, note 5).
  2. 2. Voir plus haut, page 162. — il prend Ahura pour ahu et ratu en lui offrant le sacrifice de Haoma. Dans la symbolique qui suit, le pilon est l’arme qui écrase les démons : cf. Vd. XIX, 9, 30.
  3. 3. Voir plus haut, page 100, note 22.