Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/538

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HÂS 63-69 (SP. 62-68). — ÂB-ZÔHR



Ici commence le sacrifice aux Eaux, vulgairement appelé âb-zôr, Lezendavestatrad01darm-536.jpg, pour âb-zôhr, en pehlvi âp-zôhr (v. Hâ précédent, fin), c’est-à-dire « offrande de libations à la divinité des Eaux ». L’âb-zôhr occupe tout le reste du Yasna. Néanmoins les trois derniers Hâs peuvent en être séparés et être considérés comme une récapitulation et une conclusion de tout le Yasna. Pour plus de clarté, nous donnons ici l’analyse de tous les Hàs de l’Âb-zôhr.

Les deux premiers Hâs servent de transition entre le sacrifice au feu (Hâ LXII) et le sacrifice à l’eau.


Hâ LXIII. Début de l’âb-zôhr : annonce du nouveau sacrifice au moyen des formules liturgiques ordinaires ; préparation de la liturgie de l’Âbzôhr.


Hâ LXIV. Récitation du Hâ Kat moi urvâ, §§ 7-11, avec application symbolique au culte du feu.


Hâ LXV. Glorification de la grande déesse des Eaux, Ardvi Sûra Anâhita (§§ 1-5 = Abân Nyâyish, 2-6) ; on demande sa bénédiction (§§ 7-8).

Quelle est la liturgie à suivre dans le culte d’Ardvi Sûra Anâhita (§§ 9-10).